From 1 - 10 / 12
  • Inventaire communal, sur la région Bretagne, des recherches en eau souterraine destinées à l’alimentation en eau potable. Cet inventaire a été réalisé sur les départements : Côtes d’Armor (recherches en eau souterraine effectuées durant les années 2008 à 2011), Morbihan (années 2007 à 2011), Ille-et-Vilaine (période 2007 à 2011) et Finistère (période 2006 à 2010). Le travail a ensuite été concaténé pour le présenter au niveau d’une couche régionale. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Inventaire-des-recherches-en-eau-souterraine-pour-l.html

  • Carte des tendances d’évolution des prélèvements en eaux souterraines entre 1998 et 2009, par masse d’eau souterraine, tout usage en m3/an. Un scénario tendanciel a été appliqué pour prendre en compte les évolutions prévisibles des prélèvements* d'ici 2021. Il est basé sur l'analyse des évolutions de prélèvements dans les eaux souterraines depuis 1998. La pression de prélèvement en 2021 a été estimée en prolongeant les tendances de prélèvements actuellement observées pour chaque masse d'eau souterraine. * : Les prélèvements pris en compte dans le calcul de ce paramètre sont les prélèvements à usage eau potable, industriel et irrigation déclarés à l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne au titre de la redevance prélèvement d’eau et ne représentent pas la totalité des prélèvements d’eau souterraine (les prélèvements à usage élevage et domestique notamment ne sont pas pris en compte). Référence bibliographique : Agence de l’eau Loire-Bretagne - Etat des lieux 2013. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Revision-de-l-etat-des-lieux-2013.html

  • Carte de la pression des prélèvements annuels sur les nappes libres en 2009. La pression de prélèvement a été calculée à partir du taux d'exploitation correspondant au rapport entre le volume prélevé en 2009* (année moyenne) et la recharge moyenne interannuelle (à partir des données de pluies efficaces de Météo-France et des ratios infiltration/ruissellement du BRGM). * : Les prélèvements pris en compte dans le calcul de ce paramètre sont les prélèvements à usage eau potable, industriel et irrigation déclarés à l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne au titre de la redevance prélèvement d’eau et ne représentent pas la totalité des prélèvements d’eau souterraine (les prélèvements à usage élevage et domestique notamment ne sont pas pris en compte). Référence bibliographique : Agence de l’eau Loire-Bretagne - Etat des lieux 2013. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Revision-de-l-etat-des-lieux-2013.html

  • Carte du risque quantitatif des eaux souterraines de Non Atteinte des Objectifs Environnementaux : cas des nappes libres. Risque de non atteinte des objectifs quantitatifs et cause de déclassement. Le risque de non atteinte des objectifs à 2021 sur les masses d'eau souterraine est apprécié au travers de deux aspects : la quantité et la qualité. Pour définir le bon état quantitatif initial d'une masse d'eau souterraine, quatre objectifs sont à respecter : - absence de tendance à la baisse significative et durable du niveau des nappes d'eau souterraine, - absence de baisse significative du débit d'étiage des cours d'eau drainants conduisant à la non atteinte du bon état écologique de ces cours d'eau, - absence de dégradation de l'emprise des zones humides alimentées par la masse d'eau, - absence d'augmentation de la salinité des eaux souterraines. Une masse d'eau souterraine est classée en mauvais état quantitatif initial dès qu'un de ces objectifs n'est pas respecté. Pour chacun de ces objectifs, il a été admis qu'il fallait qu'une superficie significative de la masse d'eau souterraine soit concernée (au moins 20 %) pour la classer en mauvais état quantitatif initial. Référence bibliographique : Agence de l’eau Loire-Bretagne - Etat des lieux 2013. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Revision-de-l-etat-des-lieux-2013.html

  • Les cartographies des projets « du type SILURES Bassins versants » sont disponibles sur 16 bassins versants bretons. Cette couche localise les bassins et permet d’interroger les données disponibles sur chacun d’entre eux (altitude de la surface piézométrique, épaisseur des altérites en place, lame d’eau souterraine totale de l’aquifère d’altération). Les références bibliographiques sont disponibles après chaque interrogation de bassin. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : https://sigesbre.brgm.fr/Cartes-SILURES-Bassins-versants-et-explications.html

  • Isopièzes en mNGF (courbes de niveau correspondant aux altitudes de la nappe) de l'aquifère tertiaire du bassin de Rennes en octobre 1975 (période de basses eaux). Référence bibliographique : L. BRUNEL (1976) - Bassin tertiaire de Bruz-Chartres - Rapport BRGM 76-SGN-443-BPL. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Cartes-piezometriques-215.html

  • Estimation sur 70 bassins versants bretons de l'inertie du milieu physique souterrain.

  • Carte du risque de Non Atteinte des Objectifs Environnementaux sur les masses d’eau souterraines bretonnes. Risque global de non atteinte des objectifs environnementaux (qualité et quantité). Le Risque de Non Atteinte des Objectifs Environnementaux est le risque, pour une masse d'eau donnée, de ne pas atteindre les objectifs environnementaux en 2021, si on ne fait rien de plus que ce qui est engagé aujourd'hui (scénario tendanciel). Ce risque est à évaluer au regard des objectifs environnementaux de la Directive Cadre Européenne sur l'Eau, avec notamment, pour les eaux souterraines, la non-dégradation des masses d'eau, la prévention et la limitation de l'introduction de polluants dans les eaux souterraines. Le risque de non atteinte des objectifs à 2021 sur les masses d’eau souterraine est apprécié au travers de deux aspects : la quantité et la qualité. Le Risque de Non Atteinte des Objectifs Environnementaux est construit à partir de trois éléments : - L'état des masses d'eau rend compte de la situation actuelle de la masse d'eau estimé à l'aide de mesures réalisées in situ ; - Les pressions (rejets, prélèvements, altérations morphologiques (pour les eaux de surface)) qui s'exercent sur les milieux permettent d'approcher la situation actuelle de la masse d'eau (bon état ou non) lorsque les données de surveillance ne sont pas disponibles ou sont insuffisantes. Elles permettent également d'identifier les causes à l'origine de la dégradation de la masse d'eau. En général, c'est une combinaison de pressions qui provoque l'altération de la masse d'eau ; - Le scénario tendanciel a pour objectif de préciser les tendances d'évolution des pressions, aux fins d'une évaluation de leurs impacts probables sur l'état des masses d'eau d'ici 2021. Référence bibliographique : Agence de l’eau Loire-Bretagne - Etat des lieux 2013. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Revision-de-l-etat-des-lieux-2013.html

  • Carte du risque qualitatif des eaux souterraines de Non Atteinte des Objectifs Environnementaux : cas des phytosanitaires. Risque de non atteinte des objectifs de qualité vis-à-vis des pesticides. Le risque de non atteinte des objectifs à 2021 sur les masses d'eau souterraine est apprécié au travers de deux aspects : la quantité et la qualité. Pour définir le bon état qualitatif initial d'une masse d'eau souterraine, cinq objectifs sont à respecter : - pour chaque paramètre, pas de dépassement du seuil de risque sur plus de 20% de la masse d'eau souterraine et pas de tendance à la hausse significative et durable d'un polluant. Pour les nitrates par exemple, il s'agit de comparer la concentration interannuelle 2007-2012 à 40 mg/l ; - pas d'altération de l'état écologique d'une masse d'eau de surface résultant d'un transfert de polluant depuis les masses d'eau souterraine ; - pas d'altération de l'état écologique d'une zone humide résultant d'un transfert de polluant depuis les masses d'eau souterraine ; - pas d'augmentation de la salinité des eaux souterraines ; - pas de dégradation de la qualité des masses d'eau souterraine quand celles-ci sont utilisées pour l'alimentation en eau potable. Une masse d'eau souterraine sera classée en mauvais état qualitatif initial si au moins un de ces objectifs n'est pas respecté. Référence bibliographique : Agence de l’eau Loire-Bretagne - Etat des lieux 2013. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Revision-de-l-etat-des-lieux-2013.html

  • Isopièzes en mNGF (courbes de niveau correspondant aux altitudes de la nappe) de l'aquifère tertiaire du bassin de Rennes en janvier 1968 (période de hautes eaux). Référence bibliographique : L. BRUNEL (1968) - Etat de la documentation hydrogéologique au 1/10/1968 concernant le bassin tertiaire au sud de Rennes - Rapport BRGM 69-SGN-003-BPL. Pour obtenir plus de détail consulter l'article : http://sigesbre.brgm.fr/Cartes-piezometriques-215.html